Invité Jobmédiaire

Hamid El Otmani
Président de l'Association Marocaine du Conseil en Recrutement

JobMédiaire : Comment voyez-vous le métier de conseil en recrutement au Maroc aujourd'hui ?

 

 

Hamid El Otmani : Aujourd’hui, tous les chefs d’Entreprises ont pris conscience de l’importance de bien s’entourer et perçoivent le recrutement comme un facteur clé de performance. Les années 2000 ont connu une prolifération de cabinets de recrutement compte tenu du rythme de croissance de l’économie marocaine, mais au cours de ces dernières années, l’essoufflement constaté dans plusieurs secteurs d’activité s’est répercuté sur le volume d’activités des cabinets. A cela, il faut souligner le développement de l'e-recrutement qui a bouleversé le fonctionnement des cabinets, leur positionnement et leur stratégie.

 

Face à ces changements, une réflexion globale sur le secteur, l’exercice du métier, la gestion de la relation client, les rapports avec les candidats et les autres parties prenantes est devenue nécessaire entre les principaux opérateurs dans le cadre de l’Association Marocaine de Conseil en Recrutement.

 

Le travail effectué au sein de l’Association permet de tirer vers le haut toute la profession pour être à la hauteur des nouvelles exigences car un mauvais recrutement est rapidement constaté et indépendamment des coûts, les dégâts peuvent être assez lourds pour le candidat et l’Entreprise.

 

 

 

JM : Pouvez-vous nous faire un état des lieux du secteur ? Quels sont les axes autour desquels s’articulent vos interventions en vue de l’amélioration de ce secteur ?

 

 

H. El Otmani : De l’avis de l’ensemble des adhérents, le secteur est entrain de renouer avec la relance et la croissance. 2015 sera une excellente année. Comparativement aux pays de la région, notre secteur a atteint sa maturité, les cabinets s’exportent même et les pratiques sont comparables à ce qui se fait au niveau international.

 

Les cabinets membres de l’AMCR se sont engagés dans un processus de professionnalisation des pratiques du métier à l’instar de ce qui existe à l’échelle internationale. Pour la première fois, les cabinets disposent d’un espace d’expression et d’échange sur les leviers d’amélioration des pratiques dans la gestion de la relation avec les clients, les candidats et les pouvoirs publics. Notre action est destinée aux conseils en recrutement qui opèrent dans un univers assez hétérogène et atomisé : portails de recrutement, Intérim, occasionnels…etc.

 

 

 

JM : Parlez-nous de la charte de partenariat que vous avez initiée avec l’Association des Gestionnaires et Formateurs du Personnel  (AGEF) ?

 

H. El Otmani : Nous avons arrêté des engagements communs que nos adhérents respectifs doivent observer : Respect des droits fondamentaux de la personne, contractualisation du partenariat, respect de la confidentialité des informations recueillies, mode de règlement de litige en cas de mésententes opposant un membre de l’AMCR à un membre de l’AGEF.

 

 

 

JM : Quels sont les objectifs escomptés de cette charte ?

 

 

H. El Otmani : L’objectif de la charte consiste à fonder une collaboration durable entre les adhérents des deux institutions dans le plein respect de leurs engagements envers leurs membres et leurs chartes internes. Elle constitue également un repère pour les cabinets de conseil en recrutement et les entreprises membres de l’AGEF, qui envisagent de collaborer en permettant à ces dernières de fonder cette collaboration sur les bonnes pratiques et les meilleurs standards nationaux et internationaux en matière recrutement.

 

Enfin, elle constitue un cadre de promotion des valeurs et règles déontologiques que les deux parties peuvent vulgariser auprès de leurs membres et secteurs pour favoriser le professionnalisme et l’efficacité dans la conduite des missions de recrutement aussi bien pour les cabinets conseil que pour les entreprises commanditaires.

 

 

Suivez-nous sur :